Le petit peuple des mousses

Publié par Le monde de Nilumel

Le petit peuple des mousses
Étude anatomique sur les lutins et sur leurs moeurs étranges
 
Dans le milieu de la nuit, à l'heure ou tout innocent sommeille, des âmes errent dans mon jardin. Êtres insaisissables et fragiles, invisibles ou tremblotants, aux moeurs étranges et inquiétantes, dont la vie passionnelle s'ébat au milieu des bosquets .
Depuis longtemps, j'avais perçu leur existence, mais je n'en étais pas certaine car je ne les avais jamais vu, ils sont si secrets, si discrets. Et puis, en bien observant, j'ai découvert des
signes, des traces de leur passage et d'une activité qui était pour le moins surprenante.
Qui hante mon jardin par ces nuits sans lune?
 
Munie d'un carnet de croquis et d'un crayon, j'ai arpenté les allées, relevant les indices, notant chaque bizarrerie aperçue dans la végétation ou sur le sol, prélevant des échantillons, infime parfois, mais qui pouvait me mettre sur leur piste.
Au bout du compte, je suis arrivée à certaines conclusions et j'ai décidé de passer à la phase suivante: l'observation rapprochée du territoire.
 
Voici donc le résultat de mes recherches, car j'ai pu découvrir deux espèces de lutins encore inconnues à ce jour.
 
-I- Le Thobas :
 
Lutin rarissime, n'existe qu'en deux exemplaires. Peu l'ont aperçu à ce jour. Ils vivent ensemble dans la forêt, sous l'aspect d'écureuil et ne se transforment en lutin que pendant quinze jours au mois de juillet. On peut les voir alors perchés sur un petit vélo ou immergés dans la piscine. Ils se nourrissent exclusivement de crèmes glacées, de sucreries et de bonbons, en particulier les « smarties ». Leur particularité est de ne jamais obéir à leur Ninou.
Depuis toujours, je me doutais du caractère magique des thobas. Leur surprenante beauté, leur langage mystérieux et codé, leurs clins d'oeil énigmatiques.
 
Voici, quelques croquis que j'ai pu réaliser, fruit de mon observation... puis, quelques clichés photographiques que j'ai pu saisir sur le vif