Lumen

Publié le par Le monde de Nilumel

Les lumières de la vie

Les pâles quinquets de la vie
Ont éclairé mes premiers pas
Et je disais d’un air ravi
Mes premiers mots ˝ maman, papa ˝

Puis vint l’ère de lumignon
Qui guida ma première enfance
Et l’on disait : Qu’il est mignon
C’est tout son père à sa naissance 

undefined













Avec la lampe et son pétrole
Tenue par ma main incertaine
Vinrent les premières paroles
Et je lus Renan, Hugo, Taine…

C’est bien le fil d’incandescence
Eblouissant de sa clarté
Qui poussa mon adolescence
Vers ses passions, vers ses fiertés

undefined













Enfin, mille néons brillèrent.
Malgré leurs feux, malgré leur nombre
Plus opaques que des œillères
Ils placèrent ma vie dans l’ombre

undefined













Nous sommes aux feux de l’automne
Sur le chemin, un réverbère
Guide les pas d’un vieux bonhomme
D’un vieillard qui ne s’aime guère

undefined













Mais si un jour sa lampe brille
Contre le mur ou la cloison
De la demeure de sa fille
Il se fera une raison…

Alors, les forces obérées
Se sa passion, de sa tendresse
Seront brusquement libérées
De cette intime forteresse,

La forteresse des secrets
Où chacun enferme son âme
Et ce sera sans un regret
Que pourra s’éteindre… Sa flamme. 

Jean Coutarel

undefined

Publié dans Poésie

Commenter cet article

Baha 01/03/2008 22:27

J'aime se poème, mais se que j'aime encore plus, ce sont les peintures. Baha toujours aussi fan de tes créations :p